La réforme des retraites Delevoye est-elle une imposture ?

Informer, Conseiller, Accompagner

La réforme des retraites Delevoye est-elle une imposture ?

la-reforme-des-retraites-delevoye-est-une-imposture

La réforme des retraites Delevoye, s’appuie sur des hypothèses érronées ! C’est ce qui ressort de l’étude sur la pression fiscale et sociale en europe que vient de publier l’institut Molinari.

Au vu de ce qu’a dévoilé Jean-Paul Delevoye sur la future réforme des retraites, le gouvernement n’a pas prévu de s’orienter vers un système par capitalisation…

Pourtant, la montée en puissance de la capitalisation, permet lorsqu’on finance une partie des retraites de faire des économies.

Or en France on finance la quasi-totalité des retraites par répartition.

Pour distribuer 14% du PIB, il est prélever 14% du PIB sur ses même actifs !

Aux Pays-Bas, ils ont provisionné en partie leurs retraites avec 190% du PIB dans des fonds de pension. Cette épargne rapporte plus de 4% par an, soit plus de 8% du PIB.

Ainsi nos voisins néerlandais taxent moins leurs actifs pour financer les retraites, puisqu’une partie du financement vient des marchés financiers. Cela nous manque cruellement en France.

Réforme des retraites Delevoye basé sur des chiffres obsolètes…

La réforme annoncée par Mr Delevoye a été pensée en 2017. Elle repose sur un rapport du COR de 2016. Ce dernier laissait croire que les sujets d’équilibre financier étaient aquis et que le système par répartition est censée être « tirée d’affaire ».

On sait depuis qu’il est très probable qu’il n’y aura pas de retour à l’équilibre jusqu’en 2070 !

Mr Delevoye déploie une réforme pensée il y a deux ans. Cette dernière se base donc sur un diagnostic faux , qui de surcroit présente toute une série de risques opérationnels.

L’intitut Molinari précise

On a des craintes sur le devenir des réserves et des régimes existants….

L’institut espère que ses réserves vont subsister à l’issue du processus de fusion entamé par le gouvernement. Et surtout qu’elles ne seront pas consommées pour dans la transition des deux systèmes.

L’institut précise aussi que:  » les mécanismes vertueux mis en place dans les années 2000 ne doivent pas être balayés par la réforme. Par exemple, l’établissement de retraite additionnelle de la fonction publique. C’est à dire un régime de capitalisation obligatoire pour les fonctionnaires. Ce dispositif créée par la « loi Fillon » en 2003, est un système très intelligent.

Ce dispositif devrait par conséquent, être étendu à tous les salariés du privé d’après l’institut Molinari.

En effet se priver d’un pilier obligatoire en capitalisation n’est pas responsable aujourd’hui dans un système de retraite digne de se nom.

Source : https://www.institutmolinari.org/2019/07/19/jour-de-liberation-fiscale-pourquoi-le-gouvernement-nest-que-partiellement-responsable-de-lamelioration-de-la-situation-des-francais/#