Avec l’allongement de la durée de vie, les personnes âgées sont davantage confrontées à une situation de perte d’autonomie et malheureusement à la dépendance physique et parfois mentale. A cela s’ajoute la dépendance financière. Il arrive parfois que les famille, enfants et petit enfants soient contrainte de subvenir aux besoin de leurs aînés.

Être dépendant c’est être dans l’impossibilité d’effectuer seules certains actes ordinaires de la vie courante. Pour aider les personnes dépendantes, il est donc nécessaire de faire appel à du personnel spécialisé. Ces personnes peuvent intervenir à domicile ou dans un établissement de type EHPAD.

Être confronté à la dépendance d’un proche est une réalité qui peut concerner chacun d’entre nous. Plusieurs enquêtes montrent que nous sommes près de 40 % à connaître dans notre entourage, un proche dépendant ou en perte d’autonomie.

La dépendance, se prémunir financièrement

Quoi qu’il en soit, les frais relatifs à la dépendance de nos proches représentent une charge financière importante pour les familles. Il existe des aides comme l’allocation personnalisée d’autonomie (APA). Malheureusement, ces aides sont nettement insuffisantes face aux coûts que représente les besoins d’une personne dépendante.

Ce constat a incité les assureurs à mettre en place des solutions permettant de compléter l’APA à titre individuel.

Depuis le 1er janvier 2002, l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), remplace donc l’ancienne « prestation spécifique dépendance ». Cela permet d’ouvrir des droit à l’APA, à toute personne âgée d’au moins 60 ans. Cette dernière doit résider en France et être incapable d’assumer les conséquences de sa perte d’autonomie.

Cette aide permet alors une prise en charge adaptée à ses besoins, selon le type de dépendance de la personne. L’APA est versée pour financer soit une aide à domicile, soit l’accueil de la personne âgée dans un établissement de soins.

Le montant de la dépendance

Le montant de l’APA est égal au montant de la fraction du plan d’aide que le bénéficiaire utilise, diminué d’une participation à la charge de celui-ci. Elle n’est pas récupérable sur la succession. Le montant du plan d’aide ne peut dépasser un plafond défini par décret selon le degré de perte d’autonomie.

Les aides sont déterminées à l’aide de la grille nationale fixée par voie réglementaire, et revalorisé chaque année au 1er janvier. La participation est calculée au 1er janvier, en fonction des ressources du bénéficiaire.

L’appréciation de ces dernières tient compte du patrimoine globale de la personnes dépendantes indépendamment des rentes viagères constituées en sa faveur par lui-même ou ses proches pour se prémunir contre la dépendance.

Assurance dépendance

Il existe de nombreux contrats sur le marché et tous ne permettent pas toujours d’apporter une réponse adaptée à la situation de dépendance. J’accompagne et conseil mes clients dans la mise en place de solutions d’épargne adaptée à la situation de chacun.

Certains contrats ne prennent en charge que la dépendance partielle ou qu’une affection donnée telle que la maladie d’Alzheimer. La définition de la dépendance est insérée dans les contrats d’assurance dépendance. En revanche il existe quelques variation dans la rédaction de ces définition selon les assureurs.

Elle peut aussi faire référence au nombre d’actes de la vie quotidienne que la personne n’est plus capable d’assurer ou à la grille nationale AGGIR.

En cas de réalisation du risque assuré, l’assuré bénéficie d’une rente viagère, ou d’une fraction seulement de cette rente, en cas de dépendance partielle.

Afin de ne pas vous laisser désemparé face à la dépendance de l’un de vos proches, je vous accompagne
dans la recherche de solutions et les démarches à entreprendre. Pour en savoir plus renseigner le formulaire en bas de page.

Un ensemble de solutions pragmatiques

Nous vous proposons un ensemble de contrat sélectionné parmi les meilleures solutions du marché pour vous accompagner préalablement à cette situation de dépendance.

En effet les proches devront pouvoir vous aider pour le recensement des besoins en cas de perte d’autonomie,

  • rechercher des prestataires
  • de structures spécialisées,
  • recherche des aides pour le financement,
  • de formations pratiques,…

Ne pas avoir de souci quant aux financement permet ainsi de se consacrer pleinement au mieux être de ces proches.

Pour en savoir plus, retrouvez mes publications sur Facebook et LinkedIn, ou renseignez le formulaire ci-dessous,

#

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *