Quand les politiques publiques nuisent au pouvoir d’achat

L’instabilité actuelle marqués par la concomitance d’une pandémie mondiale et le retour des guerres aux confins de l’Europe, les inquiétudes sur le pouvoir d’achat sont particulièrement importantes.

Chaque année, depuis 2010, l’institut Molinari publie un classement européen des pays en fonction de la pression sociale et fiscale réelle qui pèse sur les salariés.

L’étude que publie l’institut cette année, dissèque les facteurs structurels alimentant les tensions autour du pouvoir d’achat en France. Ainsi l’excès de règles et de normes abaisseraient notre pouvoir d’achat de plus de 4300€/an !

Cette étude analyse quatre familles de réglementations. Ces dernières ayant un impact significatif puisqu’elle réduisent fortement notre niveau de vie de plus 4 300 euros par an !

En France, la fiscalité sur le salarié moyen ressort à 54 %.

Le salarié moyen est particulièrement bien payé avec 54 600 euros avant cotisations et impôts, mais son travail est si fiscalisé qu’il ne lui reste que 25 000 euros nets !

Ainsi elle propose des réformes structurelles permettant de répondre aux préoccupations des ménages. Pour ce la il est nécessaire de libérer du pouvoir d’achat en améliorant le rapport qualité/prix de leurs consommations individuelles et collectives.

Si l’on savait que la croissance des salaires était devenue modeste dans les pays développés, cet effet était encore récemment contrebalancé par l’accès à des produits étrangers relativement bon marché.

La pandémie comme le conflit ukrainien continuent de susciter une réorganisation des flux de marchandises, notamment énergétiques et un renchérissement d’un certain nombre de produits.

Les préoccupations autour de notre niveau de vie et de l’inflation galopante s’impose durablement dans nos vies. Les réformes successives du gouvernement ne semble pas donner de résultats probant.

Ainsi le pouvoir d’achat immobilier des Français accuse une chute en 2022.

Selon le Conseil supérieur du notariat présentés jeudi, les hausses conjuguées des taux d’intérêt et les prix dans l’ancien impact fortement les capacités d’accession à l’immobilier neuf !

Aujourd’hui un foyer s’endettant sur 20 ans avec une mensualité à hauteur du tiers de ses revenus disponibles, peut acquérir un logement de 80 mètres carrés. C’est 4 de moins qu’en 2021 ! C’est une chute inédite depuis 15 ans.

Fidèle à la tradition de l’Institut économique Molinari, nous avons cherché à faire une analyse de fond en intégrant différents facteurs structurels expliquant, en partie au moins, les tensions structurelles autour du pouvoir d’achat.

Institut économique Molinari

Les fiscalités mesurées incluent les cotisations patronales et salariales aux régimes obligatoires de droit public et de droit privé (mutuelles, fonds de pension…). Il prend aussi en compte l’impôt sur le revenu et la TVA.

Lire l’étude • Lire le communiqué • Read the study • Read the press release

Source : A la recherche du pouvoir d’achat perdu – Institut économique Molinari (institutmolinari.org)